Réponses à une épidémie

Dans les pays en développement, où l’électricité est imprévisible, la réfrigération peut se faire rare. D’un autre côté, le VIH/SIDA, lui, est trop fréquent. Pour les millions de personnes souffrant du VIH/SIDA dans des régions comme l’Afrique subsaharienne, les problèmes de réfrigération ont déjà contribué à limiter l’accès à des médicaments antirétroviraux. 

Pourquoi? Parce que le ritonavir, l’un des trois médicaments différents requis pour l’une des importantes routines de traitement contre le VIH/SIDA, se décompose s’il n’est pas réfrigéré. Le ritonavir est utilisé pour améliorer la performance d’autres inhibiteurs de protéase, comme le lopinavir, un autre médicament utilisé dans les routines de traitement du VIH/SIDA.

Nous nous sommes donc posé la question suivante : << Pouvons-nous offrir une version thermostable et abordable du ritonavir en quantité suffisante aux gens dans les pays en développement? >> La réponse a été << Oui. >>

Nous avons mis au point une version générique de grande qualité du Kaletra® des Laboratoires Abbott. En plus d’être thermostable (comme son équivalent de marque), ce médicament est approuvé par l’Organisation mondiale de la Santé en tant que traitement de deuxième ligne pour les personnes ayant développé une résistance au traitement de première ligne contre le VIH/SIDA. Aujourd’hui, ce médicament est offert en Afrique subsaharienne, en Amérique centrale, en Amérique latine, dans les Caraïbes et en Asie du Sud-Est.

Nos efforts nous ont permis d’accroître l’accès à ce médicament de grande qualité et de respecter la promesse que nous avions faite à l’ancien président Bill Clinton de réduire les coûts du traitement de deuxième ligne contre le VIH/SIDA dans les pays en développement.